lundi 23 juin 2014

Pascal Bérubé est toujours du bon côté

«Le congé Pascal», Chronique no 2


L'un des deux ne souhaitait pas être pris en photo. Devinez lequel.
Source: Twitter de Pascal Bérubé, 25 mai 2014.

Le problème pour la suite des choses est que le PQ n'est plus un vrai parti de débats. 
Privé de sa raison d'être et reposant sur une base militante devenue aussi aseptisée que ses dirigeants, est-il encore réformable de l'intérieur?

JOSÉE LEGAULT, 3 MAI 2014(1) 

 
Je détiens un baccalauréat en histoire de l'UQAR, une maîtrise de type recherche de l'Université de Sherbrooke et poursuis actuellement des études en sociologie à l'UQAM. J'ai fait très tôt dans mon existence le pari qu'il soit possible de parler d'identité (culture, langue, immigration ou laïcité) à l'extérieur des grands centres. Région ressource, s'il y en a, nous ne sommes point réduits à la forêt et à l'agriculture. La question du Québec nous concerne également.

Je m'intéresse donc au politique. Or, ce qui sourd par chez nous me désole. Comment ne pas constater la crise de la démocratie représentative avec ces politiciens gouvernant les yeux rivés sur leur téléphone «intelligent» et les sondages. Celui qui ne veut vivre que dans l'instant présent n'agit pas: il s'agite.

Égoportrait de Pascal Bérubé avec ses petits camarades.
Métaphore du véhicule politique qui s'égare sur les routes du Québec.
Source: Twitter de Pascal Bérubé, 20 janvier 2016.


Un Parti libéral peinturé bleu

J'insiste d'abord sur un lieu commun: la frontière entre le politique et les médias est poreuse. Les déclarations suivantes attestent de l'emprise des communicants: «Les connaissances acquises lors de ces expériences [à la radio Rouge FM] l'aideront à répondre aux besoins de ses nouvelles fonctions [d'attachée politique] (L'Avant-Poste, 19 septembre 2012, p. 6)», «La confiance règne: le politique et le journaliste échangeront sur d'autres sujets, certains confidentiels, très confidentiels, mais ceux-ci le resteront (L'Avantage, 30 décembre 2012)», puis «Je l'aime mon ''Kid Kodak'' (Roger Boudreau, L'Avantage, 14 août 2013)». Reste à déterminer s'il l'aime passionnément ou à la folie.

Les carriéristes qui nous promettent de redresser le mouvement souverainiste doivent bien souvent leur avancement à un parti qui mit en veilleuse sa raison d'être depuis 1995. «Si j'ai été ministre, c'est grâce à Pauline Marois», rappelle Pascal Bérubé. Privé de son ciment, le PQ continue à se vider aux deux extrémités: CAQ et QS. Je ne sais trop par quel droit divin le «bon gouvernement» bleu devrait succéder un jour au «bon gouvernement» rouge. Exit l'indépendance: «L'enjeu, c'est de jouer notre rôle d'opposition et de présenter une alternative valable au gouvernement libéral dans quatre ans (Pascal Bérubé, Radio-Canada, 13 mai 2014)». Mais, brandir René Lévesque à l'occasion ne suffit plus. Ah! le bon vieux temps où l'on pouvait passer toute sa carrière sur les banquettes parlementaires... François Gendron, priez pour notre député! Qu'on se le dise, produit d'un establishment calculateur, Pascal Bérubé fait partie davantage du problème que de la solution.

Siégeant désormais dans l'Opposition, Bérubé a multiplié les volte-face au pouvoir. «Le plan de développement qui a été adopté par le gouvernement précédent, on se l'approprie (L'Information, 8 novembre 2012).» Tour à tour pour et contre l'exploration et l'exploitation des gaz et pétrole de schiste, opposé à la réforme de l'assurance-emploi à Ottawa et en faveur de celle à l'aide sociale à Québec, défenseur de la social-démocratie et disciple des «Lucien-lucides», nationaliste bilinguisateur, progressiste affameur de commission scolaire, il clignote à gauche et vire à droite. Comme L'opportuniste de Jacques Dutronc (1968), monsieur le député ne sait faire qu'un seul geste. Il retourne sa veste toujours du bon côté:

Je l'ai tellement retournée
Qu'elle craque de tous côtés
À la prochaine révolution
Je retourne mon pantalon.

Petit milieu et propagande

Rien ne semble arrêter ce politicien à la plasticité d'une Mélanie Joly (2). Il ratisse large, trop large pour avoir des principes. Dans son monde, il n'y a plus de conflit, plus de problèmes d'aucune sorte. La belle affaire! La diversité des opinions s'est évanouie. Il n'y a plus que lui et ses béni-oui-oui à l'écran. Il ambitionne maintenant d'«exporter» la recette de son succès à l'extérieur de Matane-Matapédia. On se croirait dans le film Body Snatchers quand une entité extraterrestre s'empare subrepticement de tous les êtres humains dans leur sommeil:

Carol disait à Steve, mais d'une voix très distordue: «Où veux-tu aller? Où veux-tu fuir? Où veux-tu te cacher? Nulle part. Il ne reste PLUS PERSONNE comme toi» (Wikipédia).
 Source: YouTube

Sur quoi repose en fait la réussite de la bête politique? Je dirais d'abord sur une population homogène, tricotée serrée et consensuelle. Or, à l'heure des migrations de remplacement, le visage du Québec change. Puis, j'insisterais sur l'enflure médiatique, son goût pour la réclame.  Les journalistes locaux font déjà savoir qu'ils ont atteint un point de saturation (Johanne Fournier, «Pascal Bérubé: ce politicien qui aime les médias», Le Soleil, 31 décembre 2013). Force est d'admettre qu'ils ne pourraient pas humainement relayer la «diarrhée communicationnelle» générée par d'hypothétiques clones de Pascal Bérubé.

Publicité automobile: Pascal Bérubé réprimandé par son chef, ICI Radio-Canada.ca, 16 octobre 2016.

Parlons du verbe. Comme en 2011 dans Bonaventure et par chez nous en 2012, il rebaptise les élections du 7 avril  2014: «Opération convaincre(3)». À l'entendre, il dispose toujours de la meilleure équipe, du meilleur comté, du meilleur parti... Surtout, sachez qu'il avait le «plusse meilleur» chauffeur! Au dépôt du rapport Ménard ce mois-ci, il «prend acte», «invite», «attire l'attention», «conclut». S'il ne se gêne pas pour réprimer les esprits critiques dans son comté(4), il se permet d'écrire: «Le droit de manifester pacifiquement est un droit reconnu dans notre société (15 mai 2014)».

Pascal Bérubé entouré d'adolescentes avec ce qui semble son nouveau slogan de campagne: «On garde le silence»!
Photo: Johanne Fournier, Le Soleil, 31 décembre 2013.


Parlons un instant de ses réalisations. Il promet d'ouvrir un bureau de comté à Mont-Joli (1). Une fois élu, il peut avoir son bureau à Mont-Joli (2). Il prépare son bureau à Mont-Joli (3). Il ouvre enfin son bureau à Mont-Joli (4). Quatre communiqués pour offrir finalement le même service que sous la députée précédente! Il annonce environ huit fois l'octroi de huit places en garderie à Saint-Donat. Il publicise quatre ou cinq fois dans les médias rimouskois qu'il ira à... Saint-Noël. Multipliez cela par les 45 municipalités de la circonscription et vous obtiendrez un matraquage: pas moins de 250 communiqués assortis d'autant de photos grand format de lui-même. Un chaussons avec ça!

L'individualisme et la technologie sont de puissants moteurs conduisant vers «l'État universel homogène».
Le complexe de Narcisse
«Un horaire de ministre c'est aussi parfois
de faire son noeud de cravate sur le bord du
boul. St-Martin à Laval.»
Source: Twitter de Pascal Bérubé,
15 avril 2013.
Lorsque la communauté se dissout, la politique devient un spectacle, un simple concours de popularité. Ainsi, Pascal Bérubé (provincial) et Jean-François Fortin (fédéral) ont obtenu leur résultat sans égard à la situation de leur parti, à la souveraineté ou aux réalités socio-économiques. Je constate que Bérubé n'a pas su amener de jeunes au Parti québécois et insuffler d'idées au projet souverainiste depuis 20 ans. Faire bombance et serrer des mains, voilà plutôt l'aspect touristique de son quotidien. Un brin coquet, l'homme aux 19 000 gazouillis, jusqu'à 20-25 par jour, posta sur Twitter une photo de lui en train de nouer sa cravate en regardant son reflet dans la vitre teintée de sa limousine. Le «beau gosse» cyberdépendant vit dans l'avoir. Je préfère l'être.
«En direct de [x] dans Limoulou avec les
membres de mon cabinet!»
Source: Twitter de Pascal Bérubé, 19 juin 2013.


Navigation sur le Lac Mégantic
Source: Twitter de Pascal Bérubé,
8 août 2013




Chaque miroir a son revers. À vaincre sans péril, Pascal Bérubé triomphe sans gloire. Le bloquiste Jean-Yves Roy aussi, absent devant l'Éternel entre 2000 et 2010, ne perdait aucune de ses élections! Si Bérubé a effectivement recueilli une pluralité des suffrages valides, les électeurs de ce vieux bastion péquiste sont de plus en plus nombreux à se faire tirer l'oreille. La participation à l'«Opération convaincre(3)» - calquée sur le principe de la «vente pyramidale» où chaque personne ayant décidé de voter pour Bérubé doit attirer deux ou trois autres électeurs, seuls les premiers arrivés se créant un emploi - fléchit de 71% en septembre 2012 à 63% en avril 2014. Au même scrutin, la sociologue Claire Durand de l'Université de Montréal observe que «les non-francophones se sont mobilisés plus fortement dans cette élection que dans toutes les élections qui ont eu lieu depuis le référendum de 1995. [...] L'augmentation de [leur] participation [...] apparaît [...] surtout due à l'impact du projet de Charte de la laïcité(5)». Le «p'tit gars» de Matane affrontait ici des candidats parachutés. Malgré cela, la moitié des Mont-Joliens et 55% des Donatiens ont préféré de parfaits inconnus au ministre du Tourisme sortant... Au final, seul un électeur sur trois dans La Mitis a voté pour le «parti unique». En outre, qu'auraient été les péquistes de Rimouski face à Éric Forest? Que serait l'enseignant qui n'a jamais enseigné (Pascal) en présence d'un(e) entrepreneur(e) comme Denise Verreault? Conclusion: les «lauriers» de Pascal Bérubé viennent d'une histoire qui le précède. Si vous ne me croyez pas, alors parachutez-le aux prochaines élections à Québec, à Gatineau ou à Montréal!

Des luttes à mener

Si les grands projets collectifs semblent appartenir au passé, je demeure convaincue que subsiste une demande, un appétit, pour les débats d'idées. Des passions continuent d'irriguer la sphère publique. Préserver nos institutions, notre langue et nos lois est une «vraie affaire» qui m'anime en général et me désole quand je songe un tant soit peu à la gestion superficielle, la «politique politicienne», qu'en fait mon député-touriste.

Prenons cet été, par exemple. Seulement sur le territoire de la MRC de La Mitis, deux écoles de la Commission scolaire des Phares frôlent la fermeture définitive: Padoue et Sainte-Jeanne-d'Arc. La journaliste Sonia Lévesque rapportait que l'école du Mistral à Mont-Joli a perdu 1200 de ses 2000 élèves en une trentaine d'années (L'Information, 28 août 2013, p. 3). Pendant ce temps, Metis Beach School, construite au départ pour une vingtaine d'élèves, en accueille 78 et s'agrandit. «Notre étendue est beaucoup plus grande, et puis l'attitude aussi a changé par rapport à l'anglais», affirme le directeur-adjoint et enseignant Mark Lyth (Radio-Canada, 24 septembre 2013). Soyons vigilants. J'estime que pareils développements devraient susciter des interrogations au sein de la population. Pourquoi la minorité tire vers elle la majorité? Quel est l'avenir de l'école française en Amérique? Or, notre député, soi-disant nationaliste, évite de se mouiller en félicitant sur les médias sociaux le «dynamisme» des anglophones (Twitter, 24 septembre 2013).

Politicien de la vieille école, Pascal Bérubé poussa le 25 septembre dernier la «machine à hommager» jusqu'à saluer «l'expertise, la passion et la grande connaissance» de l'ancien président-directeur général de Tourisme Montréal, Charles Lapointe. Au coeur du scandale, dans un exercice rappelant 1984 de George Orwell, il tente maladroitement de réécrire l'histoire. Toute trace de «l'honorable» personnage disparaît mystérieusement de son compte Twitter. Qu'à cela ne tienne, l'éloge figure pour toujours au Journal des débats de l'Assemblée nationale. Proche du nationalisme conservateur, le journaliste Antoine Robitaille rapporte l'incident auquel il prit part (Le Devoir, 28 novembre 2013, 6). Comment ose-t-il l'évoquer?


«Exemple de phototrucage du régime stalinien.
La falsification de l'Histoire du Commarch [Commissariat aux archives en novlangue] d'Océania est similaire.»
Source: Wikipédia

Monsieur Bérubé aimerait tant que la critique de Robitaille vienne des libéraux. Le problème est plus sérieux. Compatriote, je refuse d'être associée à ce Séraphin du Pouvoir. Il faut un certain courage pour diriger notre petite nation française au nord de l'Amérique. De l'audace, encore de l'audace, et toujours de l'audace!

Ayant perdu sa limousine avec chauffeur aux dernières élections,
la Bérubémobile sera sans aucun doute de retour en 2018.
(Twitter de Pascal Bérubé, 8 août 2012)

L'essentiel de cette chronique paru sur le site Internet de l'hebdomadaire L'Avantage de Rimouski le 21 mai 2014.

Références

(1) Josée Legault, «La traversée du désert», Blogue de Josée Legault/Journal de Montréal, 3 mai 2014 [En ligne] www.journaldemontreal.com/2014/05/03/la-traversee-du-desert (Page consultée le 23 juillet 2015)
(2) Carl Bergeron, «Le communicant, nouvel ennemi public», Argument, 2013 [En ligne] www.revueargument.ca/article/2013-06-25/580-le-communicant-nouvel-ennemi-public.html (Page consultée le 23 juillet 2015). Sophie Durocher, «Le narcissisme de Mélanie Joly», Le Journal de Montréal, 12 juillet 2017 [En ligne] http://www.journaldemontreal.com/2017/07/12/le-narcissisme-de-melanie-joly (Page consultée le 14 juillet 2017).
(3) Roger Boudreau, «Le camp du Oui lance l' ''Opération convaincre''», L'Avantage,  29 août 2012, p. 8 et «Pascal Bérubé lance l'Opération convaincre», L'Avantage, 3 avril 2014 [En ligne] www.lavantage.qc.ca/Actualites/2014-04-03/article-3675353/Pascal-Berube-lance-%26laquo%3B-l%26rsquo%3Boperation-convaincre-%26raquo3B/1 (Page consultée le 29 juillet 2015).
(4) Louis Deschênes, «Pascal Bérubé aurait fait des pressions pour museler un animateur», CIEL FM 103, 23 janvier 2015 [En ligne] http://www.ciel103.com/ciel/nouvelles_details.php?id=448 (Page consultée le 16 octobre 2016).
(5) Claire Durand, «Le vote, la Charte, nous et les autres», La Presse, 19 avril 2014 [En ligne] http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201404/18/01-4758975-le-vote-la-charte-nous-et-les-autres.php (Page consultée le 29 juillet 2015).
(6) Antoine Robitaille, «Quand Pascal Bérubé faisait l'éloge de Charles Lapointe», Le Devoir, 28 novembre 2013 [En ligne]http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/mots-et-maux-de-la-politique/393858/quand-pascal-berube-faisait-l-eloge-de-charles-lapointe (Page consultée le 23 juillet 2015).

vendredi 20 juin 2014

Comment on écrit une histoire locale



La Société de généalogie et d'histoire de Rimouski [SGHR], en collaboration avec la bibliothèque Lisette-Morin, organise chaque année de nombreuses conférences. Je suis heureuse d'avoir prononcé l'une d'elles. L'auditoire, constitué d'une quinzaine de passionnés d'histoire, se montra attentif, respectueux et me questionna longuement à la fin. Ce fut un grand plaisir d'y répondre au mieux.

Vendredi, 6 juin 2014, 19h30
Salle L-110 de la bibliothèque Lisette-Morin, 110, rue de l'Évêché Est à Rimouski


samedi 7 juin 2014

Entrevue à la Télévision de La Mitis


J'ai accordé une entrevue à monsieur Marc Després, journaliste-recherchiste à la Télévision communautaire de La Mitis (TVMitis), le 7 mai dernier à 13 h 30. L'objectif visé était d'accroître la notoriété de ce blogue politique sur le territoire de la MRC. Je me permets de dire aujourd'hui: «Mission accomplie!»

Au vu de la fréquentation qu'il s'attira sur la Toile, l'entretien connut un franc succès. Il profita autant à ce blogue qu'à TVMitis. J'eus même droit subséquemment, le 15 mai, à une réplique assez condescendante de l'inénarrable Pascal Bérubé!

N'étant nullement une habituée des médias audiovisuels, j'en ai que davantage apprécié l'expérience. Bref, je remercie chaleureusement le personnel de la télévision mitissienne de l'intérêt porté à mon engagement intellectuel. Tout le monde y gagne. À la prochaine!

Lien vers mon entrevue: «Un blogue politique méconnu d'une donatienne», 12 mai 2014 [En ligne] www.tvmitis.ca/politique/4082-un-blogue-politique-meconnu-d-une-donatienne  (Page consultée le 12 juillet 2015).

Réponse «confuse(1)» de Pascal Bérubé: «Première entrevue de TVMitis avec Pascal Bérubé depuis le 7 avril», 21 mai 2014 [En ligne] www.tvmitis.ca/politique/4104-premiere-entrevue-de-tvmitis-avec-pascal-berube-depuis-le-7-avril (Page consultée le 12 juillet 2015).

Note
(1) Selon Pascal Bérubé, tout souverainiste sensé se doit de louanger ses apparitions médiatiques. Voilà un raisonnement à la fois autoritaire, simpliste et méprisant.

Des nationalistes critiquent, à juste titre, le député. Il va devoir commencer à s'y faire! 


Derrière Jean-François Lisée...

 Pascal Bérubé fut représenté sous les traits 
d'un vendeur de voitures uagées (minounes)
par le caricaturiste de La Presse, Serge Chapleau, en octobre 2016.